Projet

Mon projet est de recentrer la Ville de Mons sur l’essentiel. En ayant étudié en bachelier à Namur et travaillé à Bruxelles, j’ai pu, comparativement, prendre conscience de nos forces et nos faiblesses vécues au quotidien.

propre1.jpg

La propreté est affaire de tous mais de la responsabilité de la Ville. Aucune politique d’inclusion et de vivre ensemble n’a de sens sans un environnement sain, propre et agréable. Je voudrais faire d’une ville propre et entretenue une condition de base au développement de la ville.

Secundo, je trouve qu’il y a un gros problème de sécurité à Mons. C’est une des raisons qui m’ont motivée à me présenter aux élections, tout particulièrement un problème de harcèlement sexuel de rue. J’ai constaté ces dernières années que je ne vivais plus une soirée en centre-ville sans insultes, injures, ou personnes bizarres qui me suivaient en rue.
Le problème est que pour aller porter plainte à la police, il faut une preuve du harcèlement de rue, ce qui est difficile à prouver. C’est pour cela que je souhaite l’installation de caméras de surveillance aux points critiques du Centre-ville. Pas parce que c’est une solution miracle, mais parce qu’elles sont la solution au problème de la charge de la preuve afin de poursuivre les auteurs de faits délictueux.

student-education

En matière d’enseignement, la matière qui me touche le plus en ayant été élève à Mons et présidente de l’Unécof (Union des étudiants de la communauté française), je suis particulièrement engagée envers un enseignement de qualité dès le plus jeune âge, dans toutes les écoles. Cela passe par un enseignement audacieux et tourné vers l’avenir. Parmi les différentes mesures nécessaires à la transformation de notre enseignement, deux sont particulièrement essentielles : premièrement, je souhaite proposer des cours de code (informatique) dès la première primaire. Agoria estimait en 2017 le besoin dans le secteur informatique (au sens large: IT, cybersécurité, big DATA, gestion de réseaux…) à 16.000 postes. Cette demande continuera de croître avec l’informatisation de la société. En donnant le goût au code dès les plus jeune âge, on démystifie l’informatique et on fait découvrir un secteur qui sera à l’avenir une compétence essentielle, presque basique, pour la génération qui suivra la mienne. Les écoles montoises doivent anticiper le monde tel qu’il sera demain. En matière de langues, avec Mons en Mieux, le néerlandais sera obligatoire, dès la 3ème maternelle et sera enseigné sous forme de jeux et sous forme très vivante, plutôt qu’ex-cathedra. Les meilleurs résultats d’apprentissage de langue s’obtiennent par des pédagogies actives et dynamiques. C’est ce que nous défendons.

business-1869266_1280-740x370

Je refuse le style de politique à l’ancienne qui ont causé de nombreux scandales ces dernières années. Je défend un refus du cumul des fonctions, sur base d’un principe simple: même pour un homme politique brillantissime, une journée ne comporte que 24 heures, et même en rognant sur beaucoup d’heures de sommeil ou sur sa vie privée, on ne peut faire correctement deux ou trois équivalents temps-plein. Dès lors, je vous invite à vous rendre sur ma page « Ethique » pour prendre plus largement connaissance de mes engagements en termes de gouvernance. Tout ceci peut sembler un peu naïf, mais pourtant je ne conçois pas de vie politique qui obéirait toujours aux règles du copinage, de cumul ou de revenus indécents. J’espère que ma génération changera les règles du jeu et exigera d’elle-même d’être fière de son comportement.

Page en cours de développement.

En complément, vous pouvez retrouver

ici notre programme complet en PDF